Difficile d’être objective face au traitement télévisuel de la violence

Bob devant les attentats de 1995

Que nous renseigne la représentation de cette vague d’attentats sur le fonctionnement de France 2 et TF1  ? Mais aussi, que nous dit ce traitement sur la représentation à la télévision française de la guerre civile algérienne auxquelles ces attaques terroristes font référence  ? Ces questions sont les principaux axes de mon M2.
Mais avant de se pencher sur les nouvelles problématiques de mon sujet, il apparaît essentiel de faire un petit détour  par le M1 afin de comprendre comment s’est construit mon mémoire.

Un intérêt pour l’analyse d’images

Je peux dire qu’il y a eu deux moments forts dans mon parcours. Le premier est le BTS audiovisuel que j’ai réalisé en 2011-2013. Ces deux années m’ont permis  de développer mon goût pour le cinéma et plus largement pour l’analyse d’image. Bien que je me trouvais en option montage, mon BTS était très orienté vers la télévision, car il comprenait également l’option technicien d’exploitation qui forme des techniciens amenés à travailler pour les chaînes de télévision. J’étais donc familière avec les questions que pose le traitement de l’information en télévision. Le deuxième temps fort de mon parcours est les cours de L3 de Natacha Laurent qui propose un cours sur l’histoire du cinéma et celui de Jean Deilhes qui réalise en histoire de l’art un cours sur la photographie. Étant à ce moment-là en double licence histoire-histoire de l’art, j’ai pu assister à ces deux cours. J’ai longtemps hésité à travailler sur le cinéma ou sur la photographie, mais j’avais une petite préférence pour le cours de Natacha Laurent. Finalement, j’ai abandonné ma licence d’histoire de l’art au deuxième semestre. Le choix a donc été plus simple. J’ai alors décidé de me concentrer sur l’histoire et de travailler avec Natacha Laurent.

Je souhaitais dans un premier temps travailler sur la représentation d’une guerre au cinéma. J’avais d’abord pensé à la guerre d’Algérie sans avoir pour autant de raison particulière qui expliquerait ce choix. Mais au moment des attentats de 2015, j’ai été particulièrement touchée par le traitement que la télévision proposait de ces événements. J’ai trouvé que les chaînes de télévision mettaient en exergue la souffrance et l’horreur des victimes afin de susciter l’émotion du téléspectateur et ne respectaient donc plus ces victimes. Lors d’un premier rendez-vous improvisé avec Natacha Laurent au moment de la consultation des copies en janvier 2016, je lui ai fait part de ces deux intérêts tout en insistant sur mon désir de faire de l’analyse d’images. Natacha Laurent m’a alors expliqué que le cinéma portant sur la guerre d’Algérie avait déjà été beaucoup travaillé et qu’il n’était pas judicieux d’étudier une période aussi récente que les attentats de 2015. Elle m’a donc orienté vers les attentats de 1995, qui sont des attentats orchestrés par le GIA à Paris dans le but de contester l’aide que la France apportait à ce moment là au gouvernement algérien en vue de gérer la guerre civile algérienne. Ne sachant pas précisément ce qui s’était passé, j’ai réalisé quelques recherches générales sur encyclopédia universalis et sur l’INA afin de mieux comprendre le sujet. Au premier rendez-vous “officiel” en juin 2016, mon sujet était déjà trouvé.

De l’analyse des journaux de 20h00 au fonctionnement interne de France 2 et TF1

Suite au nombre important de sources, mon sujet a évolué au cours de l’année et s’est centré autour des journaux de 20h00 de France 2 et TF1. Durant le Master 1, je me suis concentrée principalement sur l’analyse des journaux de 20h00. Je ne me suis donc pas attardée sur le fonctionnement de France 2 et TF1. C’est durant cette année que je souhaite réaliser des entretiens de journalistes et de techniciens (monteur, cadreur, chargé de la diffusion) afin de comprendre le fonctionnement des chaînes et les procédés mis en place pour traiter un attentat.  J’ai également prévu de réaliser cette année toutes les parties de mise en contexte sur le fonctionnement de France 2 et TF1, mais aussi sur la guerre civile algérienne et les relations franco-algériennes. Durant la soutenance, il m’a été reproché d’avoir un regard trop orienté et négatif sur la télévision. J’avais choisi ce sujet pour des questions éthiques et cela s’est ressenti dans mon mémoire. J’ai donc prévu de reprendre mon master 1 afin d’être plus objective et finalement laisser une seconde chance à la télévision.

La grande différence entre mon master 1 et mon master 2 est dû au changement de mon plan. En master 1 je comptais partir de l’analyse des journaux de 20h00 pour aller vers le contexte et ainsi expliquer les raisons du traitement médiatique des attentats de 1995. Finalement, je me suis rendue compte au moment de la rédaction que ce plan n’était pas propice à mon sujet et laissait des questions en suspens. J’ai donc décidé que chacun de mes trois chapitres correspondrait au premier chapitre de mes trois parties. De ce fait, ma première partie s’intéresse au traitement médiatique d’un attentat en général et renvoie au fonctionnement de la télévision et à la manière dont celle-ci traite une information dans l’urgence. La seconde partie renvoie aux amalgames entre banlieues, islamisme, terrorisme qu’entraîne le traitement télévisuel de cette vague d’attentats de 1995. Enfin, la dernière partie s’intéresse à la guerre civile algérienne et plus précisément à ces différentes formes de représentations. Il est vrai que les attentats de 1995 s’inscrivent dans la décennie noire algérienne. Il est donc essentiel de se demander si ces attentats viennent rendre visible une guerre qui est considérée comme invisible.

Afin d’avoir suffisamment de temps pour la rédaction, j’ai prévu de commencer le travail d’écriture au retour des vacances de la Toussaint. Avant cette date, j’ai prévu de corriger les erreurs de mon mémoire et de préparer les entretiens que je souhaite réaliser. Les dates de ces entretiens dépendront beaucoup des personnes interrogées, mais j’aimerais les réaliser avant février.

Un avenir sur canapé

Un avenir encore incertain…

À l’heure actuelle, je ne sais pas encore exactement ce que je ferais après mon master 2, mais je sais que je ne souhaite pas m’orienter vers les métiers de l’enseignement et de la recherche. Je pense me tourner vers des filières professionnelles autour du cinéma ou de la télévision. Je compte me renseigner sur différents services civiques proposés par des festivals de cinéma ou par les cinémathèques afin d’acquérir une expérience professionnelle.

 

Crédit image à la Une : CC, Wikipedia, Lionel Allorge

 


Alexandra Nou

EtudiantE à l’Université Toulouse-II, inscrit en master 1 Histoire et Civilisations Moderne et Contemporaine, sous la direction de Mme Natacha Laurent, mes recherches portent sur la représentation des attentats de 1995 à la télévision. Avant mes études d'histoire, j'ai réalisé un BTS Audiovisuel, option montage-postproduction au lycée René Cassin à Bayonne-Biarritz.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.