On ne naît pas apprenti chercheur, on le devient !

Simone de Beauvoir ! (@https://www.franceculture.fr/personne-simone-de-beauvoir.html)

Si la célèbre citation de Simone de Beauvoir sur la condition féminine est vraie pour les femmes, je pense qu’elle l’est également pour le statut de chercheur, du moins tel fut le cas pour moi. Je ne suis pas née avec une passion intangible pour l’Histoire, j’ai appris petit à petit à aimer cette matière, à me l’approprier, à en faire mon dada, à savoir quel genre d’histoire je voulais faire (à mon niveau bien sûr !) et quelle apprentie chercheuse je voulais être.

Mon parcours universitaire fut somme toute classique : après l’obtention de mon baccalauréat, j’ai entrepris une licence d’histoire à l’université Toulouse – Le Mirail, aujourd’hui Toulouse – Jean Jaurès, et y suis restée pour mon master. Le changement de nom et de décors ayant peut être été assez dépaysant pour ne pas me pousser à changer de ville ou partir étudier à l’étranger. L’entrée à l’université ne fut pas un grand chamboulement pour moi, comme cela peut l’être pour bon nombre d’étudiants. En repensant à mes années de licence, j’ai quelques souvenirs de professeurs atypiques qui m’ont marquée, mais si je devais présenter les moments et personnes qui ont influencé mon parcours scolaire c’est bien mes professeurs de secondaires !

Au fil des rencontres

Archétype de l’historien (Jacques Le Goff – Vidéothèque CNRS-1991)

Pour beaucoup de gens, un historien chercheur prend bien souvent les traits d’un homme d’âge mûr, arborant une moustache bien brossée et étudiant, dans les recoins sombres de sa bibliothèque de vieux manuscrits encore emplit de poussière (ou peut être cela est simplement la vision que j’en avais dans mon jeune âge). Pourtant ma vision a bien changé depuis, et cela est surement dû aux différentes rencontres que j’ai faites. Durant mon collège, j’ai eu des professeurs d’histoire qui collaient jusqu’au bout des ongles à ce cliché. Mais il fallait bien une exception pour confirmer la règle, et ce fut ma professeure de troisième.

Elle nous a très vite appris que l’histoire n’est pas une succession de dates à apprendre par cœur, mais des bouts de vie d’hommes et de femmes, qui une fois assemblés créent une histoire commune aux habitants d’une région, d’un pays, d’un continent. L’histoire est faite de témoignages, de souvenirs, de faits et de phénomènes sociaux, qu’elle tente de vérifier, de mettre en lumière et de comprendre. Avec cette nouvelle définition sont venues mes premières lectures historiques. En quittant le collège je fut triste de laisser cette enseignante qui m’avait beaucoup apporté et donné goût à cette matière souvent rejetée par les élèves du secondaire. Mais en entrant au lycée je n’allais pas être déçu. Mon professeur d’histoire-géo de seconde était un personnage à part entière. Il animait ses cours grâce à des diaporamas souvent emplis d’humour. Je ne me souviens pas avoir eu un camarade de classe aller à son cours à reculons. Il avait fait de l’histoire une matière qui pouvait rimer avec amusement et plaisir !

Je ne pourrais conclure sans parler de ma professeur d’histoire de terminal. Je n’avais jamais encore rencontré un enseignant qui exposait aussi clairement ses opinions aux élèves, et bien que cela pouvait parfois être gênant, car je n’étais pas toujours d’accord avec ses analyses, je dois avouer qu’elle m’a fait comprendre que l’histoire n’est pas une science figée, qu’elle peut et qu’elle est un débat permanent !

Pour être honnête, si je n’avais pas rencontré ces trois enseignants, je n’aurais surement pas entrepris une licence d’histoire, et encore moins un master recherche…

De la synthèse à la « thèse » !

A mon sens, la licence est avant tout le prolongement du lycée. Je m’entends : mes trois premières années à la fac furent essentiellement du bachotage (en espérant qu’aucun de mes profs ne lisent ce post !). L’entrée en master fut tout autre, et cela m’angoissa beaucoup au début. Mon travail n’était plus d’apprendre les théories d’historiens et de les restituer lors de mes examens. Je devais à mon tour mettre la main à la pâte et fournir mes propres analyses ! Mais avant de sauter dans le grand bain, il me fallait trouver un sujet à traiter !

A la suite d’entretiens avec deux professeurs, trois choix s’offraient à moi : la période antique et les prémices de la religion chrétienne, les révolutionnaires espagnols de 1936 et les bandits cubains du XIX siècles. Le suspens ne fut pas de longue haleine !

Les révolutions m’ont toujours plus ou moins fascinées, j’avais une vision (et je pense l’avoir encore) très romantique des révolutionnaires. C’était pour moi des hommes qui avaient cru en un rêve, celui d’une société meilleure, au point de donner leurs vies, et qui, l’avaient vu se désintégrer sous le poids de la gourmandise humaine.

Malheureusement (ou heureusement !) je n’avais aucune notion sur la guerre civile espagnole de 1936. De ce confit je ne connaissais que les noms de Franco, Guernica et Robert Capa ! Je ne connaissais pas l’existence d’une révolution sociale qui avait impulsé ou accompagné, tout dépend de quel côté historiographique on se place, la guerre civile espagnole. C’est ainsi que, malgré mes faibles connaissances sur le sujet, je me suis engagée sur l’étude-de-la-perception-du-concept-de-révolution-par-les-paysans-et-les-miliciens-aragonais-de-1936 ! (Je vous rassure le sujet est bien plus intéressant que le titre). En somme, l’objectif de ma recherche est de découvrir ce que pouvait signifier le terme « révolution » pour les hommes et les femmes qui ont participé aux bouleversements sociaux et politiques dans l’Espagne de 1936.

Nouveau cap !

Mes sources ont joué un grand rôle dans l’évolution de mon sujet et dans mes objectifs de rédaction. Pour accéder aux pensées des révolutionnaires espagnols des années 1936, il me fallait retrouver leurs écrits. Mais contre toutes attentes, ils avaient laissé peu de traces…. Après de longues heures aux archives et plusieurs dizaines de cartons commandés et dépouillés avec soin, je n’ai pu trouver de quarante lettres rédigées par des miliciens depuis le front d’Aragon.

Ce riquiqui échantillon de sources allait devenir le centre de tout mon mémoire et changer ma manière d’envisager mon analyse. Au début de mon année de Master 1 j’avais en tête de rédiger une étude comparative entre les différentes factions révolutionnaires espagnoles… mais après mon voyage en Espagne, je me retrouvais avec seulement des documents provenant d’un seul groupe de révolutionnaires ! La lecture de ces lettres fut très passionnante et me renseigna sur beaucoup d’aspects. Un regret pourtant m’a toujours accompagné durant mon travail : celui de ne pas avoir eu plus d’informations sur ces hommes : outre leurs noms, leur pensées et leurs idées, je n’ai pu connaitre leurs professions, leurs origines, leurs milieux sociaux d’origine, et leurs parcours. J’aurai aimé lié à mon étude la vie de ces hommes, les sortir de l’anonymat. Et peut être, rendre un portrait des révolutionnaires des Jeunesses Libertaires de Catalogne.

Pour ma deuxième année de master je souhaite principalement m’orienter vers une étude des Jeunesses Libertaires durant les premiers mois du conflit espagnol. Mes objectifs seront quelques peu les mêmes, à savoir retrouver leurs pensées, leurs idées et leur intentions. Mais à cela je souhaiterai ajouter une étude disons anthropologique de ces hommes, afin de dresser un portrait de ce que pouvait être un révolutionnaire anarchiste espagnol des années 1936, tout en gardant bien sûr, une part d’individualité dans ces présentations afin de ne pas tomber dans la caricature ou dans les stéréotypes.

Pour ce qui est du futur, comme dit le dicton « advienne que pourra »…. en attendant je vais finir de lire ma bibliographie….

 

 

 

 


Lisa Albassier

Etudiante en Master 1 d'Histoire à l'université Toulouse II -Jean Jaurès, je travaille sous la direction de Mr François Godicheau dans le cadre du master Histoire, civilisations et patrimoine. Mes recherches portent sur la révolution espagnole de 1936 et plus précisément sur la vision qu'en avaient les acteurs.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.