Poussée par la curiosité et guidée par la méthode

L’oeil dans le trou de la serrure, CC, Pixabay.

Sortie du lycée, le baccalauréat littéraire en poche, je m’inscris en Licence d’Histoire à l’Université. Ce n’est ni une passion dévorante pour l’Histoire, ni l’ambition d’accéder à un métier en particulier qui justifie ce choix. En réalité c’est une curiosité insatiable et l’envie d’apprendre toujours davantage qui m’ont amené à poursuivre avec plaisir trois années d’études en Histoire-Géographie. L’apprentissage à l’Université et la rencontre avec de nombreux professeurs passionnés ont renforcé progressivement mon amour pour cette discipline. L’aspect scientifique, la rigueur et la méthodologie constantes dans la pratique de l’Histoire m’ont apporté autant d’armes au point de vue intellectuel que personnel.

Si nous apprenons l’Histoire dès l’école élémentaire, ce n’est que lors de ma deuxième année universitaire en licence que j’ai saisi le sens et les enjeux du rôle de l’historien. Cette véritable clarification s’est produite grâce aux cours d’historiographie. La découverte des différents courants historiographiques ont affirmé mes goûts. Les ouvrages sur l’histoire de la mondialisation associaient mon intérêt pour le voyage, les mondes extra-européens et l’Histoire. Enfin, l’étude de l’Histoire elle-même m’a permis de questionner la manière et les méthodes qui permettent d’accéder au plus près de la vérité. J’ai constaté que la façon la plus sûre de procéder était d’écrire l’Histoire en s’attachant à la manière dont se pensaient les individus. En entamant quelques recherches, j’ai découvert l’Histoire des représentations…

Imaginaire et représentations : à la recherche de la réalité

Réaliser ce mémoire était la meilleure manière de devenir l’historienne d’un sujet qui me tenait à cœur. Depuis plus d’un an, mon travail porte sur les mutilations sexuelles féminines en Afrique, d’après le discours des scientifiques français au XIXe siècle jusqu’aux indépendances. L’Afrique me fascine déjà depuis toute petite. Au collège, une professeure de Français a révélé mon goût pour la littérature du XIXe siècle. Au fil de mes lectures, j’ai découvert des ouvrages inspirés par le voyage et l’aventure, influencés par les conquêtes coloniales de cette époque, comme la série de récits sur la Légende de Tarzan rédigés par Edgar Rice. Cet imaginaire autour du lointain est mon premier contact avec les représentations de l’Afrique aux XIXe et début du XXe siècles. Mon mémoire me permet ainsi d’étudier ce domaine. Comme je n’avais pas encore tout à fait défini le thème que j’aborderai en master, Sophie Dulucq, ma directrice de recherche, a eu à cœur de me soumettre différents sujets de Mémoire proches de mes goûts personnels. Sa proposition sur l’histoire de l’excision s’est finalement révélée être le sujet vers lequel tous mes intérêts convergeaient.

L’Histoire des mutilations sexuelles féminines est à la fois difficile à traiter en raison des lacunes historiographiques qui s’y rattachent mais aussi pour son actualité brûlante. Ce mémoire illustre bien l’idée que l’on pratique l’Histoire pour le présent. Si un tel sujet convoque mes affinités personnelles, il trouve également une résonance dans notre société actuelle.

Du M1 au M2 : Persévérer et compléter

Journaux et ouvrages de médecine trouvés en vide-greniers. Tous droits réservés.

Au fil de ma première année de Master, je me suis approprié le sujet. La question initiale de l’excision s’est étendue à l’étude des différents degrés de mutilations. Au départ, je n’étais pas sûre, en raison du nombre restreint de sources, de pouvoir poursuivre ce sujet en deuxième année. Finalement, le corpus que j’ai eu l’occasion de constituer est suffisamment riche pour me permettre d’approfondir mon travail dans la continuité du M1. De plus, en fin de première année, ma soutenance devant Sophie Dulucq et Sylvie Chaperon, m’a permis de faire le point et d’améliorer mon travail grâce aux précieux conseils donnés. J’envisage donc de faire évoluer mon sujet vers une analyse critique plus poussée, de faire un saut dans la contextualisation et dans l’approfondissement de nouvelles recherches en m’intéressant davantage à la vulgarisation des sciences à partir des années 1900.

Ces ajustements vont m’amener à mettre en place de nouvelles démarches pour trouver d’autres documents. Par exemple, cartes postales et photographies, objets de curiosité ou de transmission familiale, appartiennent à des collectionneurs privés ou à des particuliers. Je serais donc sans doute amenée à communiquer avec eux. J’ai également pour projet de me rendre à Marseille afin de consulter les archives gynécologiques, dont certaines sont mentionnées dans la thèse Corps noirs et médecins blanc de Delphine Peiretti-Courtis, dépouillées à l’Institut de Médecine Tropicale du Service de Santé des Armées.

Le premier semestre de cette seconde année me permettra de chercher de nouvelles sources, de nouveaux ouvrages bibliographiques et de réfléchir à l’orientation que je souhaite donner à mon travail et que je rédigerai au second semestre. Cette deuxième partie de l’année va également me permettre de réaliser un stage en milieu professionnel susceptible d’orienter mes futurs choix de métiers. L’année prochaine, je souhaite passer les concours de la Fonction publique territoriale afin de travailler dans la gestion du Patrimoine et de la Culture. Toutefois, ces objectifs ne sont pas définitifs et demandent encore réflexion.

Crédits image à la une : Excision d’une jeune femme dans l’Oubangui-Chari au début du XXe siècle. CC Wikipédia.


Jeanne Garcia

Etudiante en deuxième année de Master en histoire contemporaine à l'université Jean Jaurès-Toulouse II. Mon travail, mené sous la direction de Sophie Dulucq, professeure d'histoire contemporaine et spécialiste de l'Afrique Subsaharienne à l'époque coloniale, porte sur les mutilations sexuelles féminines en Afrique du XIXe siècles jusqu'aux indépendances.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20/12/2017

    […] je relis mon premier article rédigé au début de ce semestre, je réalise que j’ai suivi la ligne directrice que je […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.