De Brahms aux femmes migrantes : une orientation inattendue

Source : Giphy

A la sortie du lycée, bac L (Option Musique) en poche, je ne jurais que par la musique et la pratique du violon ; je souhaitais être musicienne d’orchestre… Je me suis inscrite en musicologie à l’UT2J en parallèle de mes cours aux conservatoire. Mais très vite, mon intérêt pour les sciences humaines est revenu en même temps que le monde de la musique commençait à me lasser par son caractère très élitiste et reproductif (je n’étais pas des plus talentueuses aussi, mais je préfère réserver ce constat à ces parenthèses).

Après m’être réorientée en Lettres Modernes (Option Histoire) l’année suivante jusqu’à l’obtention du DEUG, je n’étais toujours pas satisfaite de mes études. Par chance, je suis tombée sur une brochure de l’UPPA qui présentait une L3 Histoire préparant aux concours Sciences Po et accessible par validation d’acquis. Après de nombreuses hésitations, je me suis donc décidée à abandonner la vie étudiante toulousaine pour partir à Pau, mais seulement une semaine avant la rentrée. Suite à un déménagement dans la précipitation, j’ai donc passé un an à Pau avec l’objectif initial de préparer les concours Sciences Po…

La découverte de l’histoire des migrations à Pau

Source : Giphy

Les cours d’histoire, qui me plaisaient déjà énormément en Lettres, m’ont finalement passionnée et l’objectif de passer les concours s’est effacé dès le premier semestre au profit de la recherche. Au cours d’un CM d’histoire contemporaine, Laurent Dornel nous avait conseillé de feuilleter le livre Les origines républicaines de Vichy de Gérard Noiriel et l’effet d’oxymore du titre, plutôt aguicheur, m’avait poussée à l’emprunter. J’ai alors découvert tout un pan de l’histoire de la République que mon éducation plutôt « égalitariste » avait un peu mis de coté. Je découvrais que les migrants avaient pu être sélectionnés, suivant les périodes, en fonction des intérêts économiques ou politiques de l’Etat : « l’immigration choisie ». Le contexte politique de crise migratoire a également contribué à renforcer ma volonté d’étudier l’histoire des migrations. C’était en effet l’année où le jeune syrien d’origine kurde Aylan est décédé sur la cote méditerranéenne.

La faculté, avec son laboratoire de recherche ITEM dont un des axes principaux de recherche est la migration, a été le lieu idéal pour m’orienter vers ce domaine. Des membres du laboratoire, qui étaient aussi mes professeurs, ont pu me conseiller dans mes lectures. Laurent Dornel, également rattaché à ce laboratoire, m’a accompagnée dans la recherche de mon sujet de mémoire et m’a aussi orientée vers Laure Teulières à l’UT2J, ma directrice de recherche. Malgré un temps d’hésitation, je suis retournée à Toulouse pour faire mon master, non pas pour la vie étudiante !

La lente construction du sujet de recherche

Carte de travailleur étranger (Source : 4 M 316, AD 64)

De Pau à Toulouse, la construction de mon sujet de mémoire a été assez longue. Au départ, je souhaitais travailler sur les migrations sans forcément me consacrer aux femmes migrantes. Mais, après quelques recherches et la lecture d’articles sur les femmes migrantes, j’ai fini par être convaincue de m’orienter vers ce sujet. Je voulais travailler sur les exilées républicaines, nourrie par les récits de ma belle-mère sur l’exil de ses parents. J’ai commencé à affiner ce choix qui se concentrerait plus sur les Basses-Pyrénées, j’avais même annoncé fièrement à mon père que je travaillerai sur les républicains espagnols ! Mais en cherchant (trop tardivement) sur les archives ouvertes (HAL), j’ai trouvé la thèse de Maëlle Maugendre (soutenue à Toulouse) sur ce sujet, et il me paraissait compliqué de retravailler, qui plus est dans un mémoire, un sujet qu’elle avait aussi bien exploré.

Je suis donc partie à la recherche d’un nouveau sujet, tout au long du 1er semestre de M1. Laure Teulières m’avait proposé de travailler sur les Basses-Pyrénées toujours, en croisant le parcours des migrations de tourisme et des migrations de travail. Mais je ne pouvais pas pour des raisons matérielles. Ensuite, je lui ai proposé de travailler sur les migrantes italiennes pendant l’entre-deux-guerres. Le sujet lui paraissait compliqué à étudier en M1 du fait de l’aspect lacunaire des sources. Entre temps, Laurent Dornel m’avait proposé de participer à une journée d’étude sur le thème des migrations en Aquitaine. Pour la période que j’étudiais (entre-deux-guerres), l’axe du travail des femmes migrantes dans l’industrie textile me paraissait être un bon compromis qui me permettait de justifier un espace géographique assez large que j’allais étudier en intégrant le travail pour cette journée d’étude à mon mémoire : de Mauléon-Licharre à Labastide-Rouairoux. Mais après le rendu de mon corpus de sources, dans lequel j’avais exploré de nombreuses archives qui ne se rattachaient pas spécialement à l’industrie textile, ma directrice de recherche m’a dit qu’il serait mieux de traiter la question des femmes migrantes de manière beaucoup plus large. Cela me permettait donc de rattacher au sujet l’immigration italienne dans le monde rural et l’agriculture. Après cette longue période d’incertitude, j’avais enfin un sujet de recherche fixé, défini, carré.

Une histoire en mouvement

L’évolution de mon sujet de recherche est indissociable de mes pérégrinations dans les différentes archives départementales de l’ancienne région Midi-Pyrénées et dans celles des Pyrénées-Atlantiques. En effet, vu que je ne partais pas d’un corpus de sources défini et que les archives au sujet des femmes peuvent souvent être muettes, il a fallu que j’étende mon espace géographique de recherche pour trouver la problématique. C’était aussi l’occasion de découvrir certaines villes comme Foix ou Auch que je ne connaissais pas vraiment. La première année de Master m’a donc permis de rassembler les sources relatives aux femmes migrantes et de problématiser mon sujet en fonction de celles-ci. Ce qui est ressorti est que j’aurai moins de difficultés à travailler sur des femmes qui se sont intégrées sur le marché du travail, car elles laissent, généralement, plus de traces que celles qui ne « travaillaient pas ». Cependant, lorsqu’il y avait un problème quelconque (défaut de papiers, délits), ces dernières peuvent également apparaître. Le travail demandé pour la journée d’étude m’a également poussée à dépouiller de nombreuses archives dans les Pyrénées-Atlantiques, mais aussi à trouver deux axes transversaux pour mon sujet d’étude : le travail des femmes sous ses différentes formes et les politiques familialistes.

Source : Giphy

En effet, la lecture de Christine Delphy, qui nous avait été conseillée dans le cadre d’un séminaire du Réseau Arpège auquel je suis inscrite, m’a permis d’intégrer le cadre du « mode de production domestique » au sujet. Il m’amène à penser le travail des migrantes sous leur différents aspects : qu’il soit rémunéré ou non en y introduisant le travail ménager. La soutenance du Master 1 avec Laure Teulières et Sylvie Chaperon, m’a permis d’avoir l’avis d’une spécialiste de l’histoire du genre. Etant arrivée par la porte de l’histoire de l’immigration, et bien que je sois inscrite au Réseau Arpège, il est vrai que mon bagage est encore moins solide en ce qui concerne l’histoire du genre. Je souhaite donc me tourner encore plus plus vers les études sur le Genre pour le M2. Mon objectif est ensuite de compléter mon travail introductif et général sur les femmes migrantes en allant dans les archives de Rodez où je ne me suis pas encore rendue. Je souhaite ensuite entrer dans une étude plus monographique, en contraste avec mon travail très général du M1. Je m’intéresserai au cas particulier des italiennes qui se sont inscrites dans l’immigration familiale vers les campagnes du Sud-Ouest, mais aussi aux ouvrières du textile au sujet desquelles il y a de nombreuses informations à Pau. Suite à l’expérience de la rédaction du M1, il me semble préférable de la commencer le plus tôt possible pour le M2, dès le premier semestre en parallèle de mon retour aux pérégrinations entre les différents centres d’archives.

La raison me pousse à envisager de passer mon CAPES après la validation de mon master 2 pour pouvoir ensuite envisager une thèse. En effet, cette riche expérience de la recherche pendant un an – entre la recherche en archive, la construction du sujet que ce soit par le dialogue avec ma directrice de recherche ou par le croisement des sources, la participation à une Journée d’étude – n’a fait que renforcer ma volonté de continuer !

Image à la une : source, wikimedia commons

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search