L’aventure d’une Japonaise en France !

La bibliothèque de l’AIU dans laquelle j’ai vécu pendant quatre ans en mangeant des livres. CC/Wikipédia

En avril 2009, je suis entrée à l’Université internationale d’Akita (AIU). C’était une université nouvelle, qui a été fondée en 2004 avec un esprit très novateur. Ma passion pour la langue étrangère m’a ouvert la voie inattendue vers la France…

D’ailleurs, la singularité de cette université était que tous les cours, en principe, étaient donnés en anglais, ce qui était rare au Japon dans les années 2000. J’étais très contente d’avoir pu étudier à cette université, parce que l’étude de la langue anglaise était ma passion depuis le collège. Je marchais, mangeais et dormais toujours avec un glossaire d’anglais.

L’autre particularité de l’AIU était le programme obligatoire d’un an d’étude à l’étranger pour tous les élèves. Parmi de nombreux choix en Asie, en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique et aux Amériques, j’ai choisi la France, par curiosité de voir le monde non-anglophone. En septembre 2011, je suis venue pour la première fois en France, et j’ai étudié jusqu’en mai 2012 à l’Université de Toulouse le Mirail. Et dans ces huit mois, ce pays m’a ensorcelée avec ses charmes inexplicables. Après avoir fini mes études à l’AIU en été 2013, j’ai choisi, sans hésitation, de revenir en France. Voilà comment j’ai rencontré mon amour pour la vie.

La langue, mais pourquoi ? L’aventure académique commence !

Mon objet initial quand je suis revenue en France était d’apprendre le français, ma nouvelle passion. J’ai commencé à apprendre sérieusement le français à la faculté de langue à UT2J. Deux ans sont vite passés, et m’ont permis d’être plus à l’aise de m’exprimer en français. J’ai commencé à penser ; « Je peux maintenant parler anglais et français. Mais pour parler de quoi ? » J’ai réalisé que j’étudiais toute ma vie la langue aveuglement, sans me demander à quoi elle servirait. Revenue à la question essentielle, j’ai décidé de reprendre les études dans un domaine autre que la langue.

Reprendre les relations internationales était un des choix, mais je commençais à regretter mon ignorance sur l’histoire, qui permet de comprendre les fondements du monde contemporaine. Grâce à Madame Pouillet, en secrétariat du département de l’histoire à l’UT2J, qui a écouté patiemment mon parcours et mon projet, j’ai rencontré le professeur Bertrand Vayssière, mon directeur de recherche. Malgré mon parcours anormal et la difficulté de la langue, il m’a accepté pour faire le Master avec lui. C’était ainsi j’ai commencé à faire l’histoire en France.

Le pays curieux, le peuple curieux…

Pour la première année du Master, j’ai décidé de travailler sur l’identité européenne vue par la presse française, à travers le référendum français sur la ratification du traité de Maastricht. C’était le sujet proposé pas le professeur Vayssière, qui est le spécialiste de l’histoire des relations internationales et l’histoire de l’Europe. Le traité de Maastricht est un des traités fondateurs de l’Union européenne, qui est, à tort ou à raison, une institution importante dans les relations internationales. J’ai tout de suite aimé le sujet parce que il me donnerait une occasion pour apprendre l’histoire de l’Europe mais en même temps histoire de la France.

Nous avons utilisé comme sources les journaux Le Figaro et L’Humanité, qui avaient des opinions politiques contrastées, sur la vie politique française et aussi sur la politique européenne. À travers les débats dans ces deux journaux autour du référendum sur le traité de Maastricht, nous avons examiné les différentes façons dont l’Europe a été vue par les Français. Dans le mémoire, d’abord, nous avons démontré la position des deux journaux sur le référendum et leurs arguments. Ensuite, nous avons montré comment le traité de Maastricht avait été interprété par ces deux journaux. Enfin, nous avons essayé de faire ressortir la manière dont l’identité européenne s’enracinait chez les Français à travers l’attitude des deux journaux vis-à-vis des composantes de la construction européenne.

« On est pour l’Europe, mais pas l’Europe capitaliste ! »

La une de L’Humanité, le 14 septembre 1992. La Bibliothèque d’Études et du Patrimoine

Faute de manque de temps, je ne pouvais pas écrire dans le mémoire la vie politique française autour du débat sur le référendum, qui était le point le plus important pour l’histoire française concernant ce sujet. En effet, le débat sur la ratification du traité de Maastricht a été le point de départ du mouvement souverainiste dans la vie politique française. D’ailleurs, j’ai remarqué le sentiment divisé des Français ; la volonté d’adaptation au monde qui ne cesse pas de se globaliser et la répugnance envers la politique capitaliste dirigée par les États-Unis. Lors de la soutenance, nous nous étions mis d’accord sur ce point. Nous avons constaté également que l’idée de « l’identité européenne » fût trop vaste, et difficile à étudier.

En prenant compte de ces remarques, notre sujet de recherche cette année abandonnera le mot « l’identité européenne », en le remplaçant avec le terme « souverainisme ». Les questions initiales seront ; Comment le mouvement souverainiste a évolué dans les années 1990 en France ? Quelles idées et quels sentiments soutenaient ce mouvement ? Nous sommes en train d’examiner les sources, cette fois-ci centrées sur les livres écrits par les militants souverainistes et par les intellectuels sur le souverainisme. J’espère que cette aventure me permettra d’approfondir mes pensées sur le sujet sur lequel j’aimerais travailler en doctorat, à l’issue du Master. L’aventure d’une japonaise dans ce pays curieux et séduisant continuera…

Crédit image à la une : CC/Wikipédia


Yuka Kodate

Après avoir fini l'Akita International University (AIU) en 2013, j'ai quitté le Japon pour apprendre la langue française. En 2016, j'ai été admise au Master de l'histoire contemporaine à l'UT2J. Sous la direction de Professeur Bertrand Vayssière qui est un spécialiste de l'histoire européenne, je travail sur la naissance de souverainisme dans le paysage politique française.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.