Du lycée à l’Oflag

Pierre Mignard, Clio, CC, Wikimedia

La transition entre le M1 et le M2 est souvent présentée comme une étape décisive. D’une étude préparatoire (bibliographie, source, historiographie) et d’une étude de cas, on nous demande de passer à la rédaction d’un mémoire dont la structure s’approcherait de « celle d’un livre ». D’une étude, nous passons à la rédaction d’un ouvrage.

Après l’obtention d’un baccalauréat en sciences économiques et sociales, je décide de m’orienter en classe préparatoire « Lettres supérieures ». En effet, ne sachant pas exactement que faire et ne voulant pas me spécialiser directement après le bac, je temporise dans une filière pluridisciplinaire. Ayant beaucoup apprécié l’histoire mais ayant aussi un intérêt pour la philosophie ou la géographie, je me dis que deux ans d’expérimentation de ces matières dans les études supérieures, et non plus au lycée, me permettraient de me décider.

La découverte de la véritable Histoire

Mon entrée en classe préparatoire est un moment décisif dans mon parcours et m’influence fortement dans ma conception de l’histoire. En effet, il y a un fossé considérable entre l’histoire au lycée et l’histoire dans les études supérieures. Ainsi, beaucoup sont surpris lorsque le professeur nous dit qu’en histoire les concepts sont aussi importants que les dates. Aussi, l’histoire est comparée à la dissertation de philosophie où nous devons autant insister, si ce n’est plus, sur les concepts que sur les faits. A cette époque je prends conscience que la dissertation d’histoire, et plus globalement, la rédaction de l’histoire, n’est pas qu’une restitution des faits.

Le deuxième moment marquant de mon parcours est mon entrée à la faculté de Toulouse II Jean-Jaurès. Si j’avais déjà quelques notions et que j’avais compris le principe majeur de la rédaction de l’histoire, la faculté me permet de développer mes lectures et d’insister sur un travail plus personnel qu’en classe préparatoire où les heures de cours étaient plus nombreuses. La faculté me permet de me familiariser avec les bibliographies et les lectures personnelles. De plus, elle me donne l’occasion d’élargir mes connaissances et de faire des connexions entre les sujets et les périodes de l’histoire. En effet, en classe préparatoire, tout l’année d’histoire est centrée sur une période et un sujet alors que la fac impose un cours par période et donne le choix entre de nombreux sujets.

Captif d’un sujet

En ce qui concerne le choix de mon sujet, pour être honnête, je ne travaille pas exactement sur le sujet que je voulais. En effet, pour faire une recherche dans le cadre universitaire, certaines conditions sont imposées. Tout d’abord, il faut trouver un directeur de recherche qui accepte de nous encadrer, si on le connaît avant et qu’on peut s’assurer de sa rigueur et de sa disponibilité, c’est mieux. Ensuite, il faut trouver un sujet qui n’a pas été traité. Enfin, il faut s’assurer de l’accessibilité géographique des archives et d’une quantité suffisante pour traiter le sujet. De ce fait, ayant pour projet de travailler sur un sujet d’histoire militaire du XXe siècle mais pour les raisons pratiques précédemment citées, je décide de prendre rendez-vous avec le directeur de recherche Jacques Cantier, spécialiste d’histoire culturelle. Finalement, mon sujet porte sur un prisonnier de guerre français de la Seconde Guerre mondiale captif dans un Oflag : Georges Hyvernaud.

Le sujet ne porte donc pas principalement sur les combats comme je l’aurais souhaité, mais il porte quand même sur une période qui m’intéresse fortement. De plus, avant d’être prisonnier, Georges Hyvernaud a connu la mobilisation et la Bataille de France de juin 1940, il a donc aussi témoigné sur les combats. De ce fait le sujet me convient parfaitement, même si je n’ai pas réellement pensé à travailler dessus avant ma rencontre avec Jacques Cantier.

La vie dans les baraques, CC, Wikimedia

Mon sujet de recherche a été prévu pour se poursuivre sur deux années. Dans un premier temps j’ai étudié la capture, c’est-à-dire le passage du statut de soldat à celui de prisonnier de guerre. J’ai étudié la mobilisation, la Drôle de guerre, les combats, la capture, le transfert dans le camp de prisonnier et la première année de captivité. Soit les années 1939 à 1941. La soutenance m’a permis d’ajuster mon sujet et d’améliorer ma façon de rédiger. On m’a ainsi reproché de trop citer, que ce soit des références bibliographiques ou des sources. De plus, les membres du jury m’ont aussi recommandé d’élargir mes sources et de comparer les récits de Georges Hyvernaud avec les récits d’autres prisonniers de guerre, ce que j’avais fait de manière trop partielle.

Mon sujet de M2 consiste donc à traiter les quatre années de captivité restantes, c’est-à-dire de 1941, jusqu’à la libération en 1945. Je pourrais peut-être, si le temps me le permet, étudier le retour des prisonniers de guerre dans la société française. Pour ma recherche, je me concentre sur la captivité de Georges Hyvernaud tout en comparant ses réflexions et son témoignage, afin d’en faire ressortir les particularités et les similitudes, avec le témoignage d’autres prisonniers de guerre français de la même période.

En ce qui concerne le planning de travail, il est convenu d’élargir les sources et la bibliographie jusqu’à janvier avant d’entamer la rédaction du mémoire de janvier ou février jusqu’à juin. Pour ce qui est de l’avenir professionnel je n’ai aucune idée de ce que je veux faire précisément, seulement des pistes : enseignement, recherche, concours administratifs… Mais il me reste encore du temps pour me décider !

Crédit image à la une : CC, Wikimedia


Ewan Jouannic

Étudiant en Master 2 à l'université Jean-Jaurès Toulouse, je travaille sous la direction de Jacques Cantier sur les cinq années de captivité de l'écrivain Georges Hyvernaud pendant la Seconde Guerre mondiale.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. BELHEUR Jean-Pierre dit :

    J’ai été informé de vos travaux liés aux Prisonniers de guerre par Mr Etienne Jacheet, secrétaire de l’Amicale des prisonniers des camps de Gross-Born … Je serai présent à l’AG le 7 octobre prochain à Paris. Si vous vous déplacez pour cette occasion, il serait possible de se rencontrer. Mon père a été prisonnier au camp Oflag IID, baraque IV mais dans le secteur « Protectorat » dit camp de pierre : Westphalenhof. J’ai visité le camp en Pologne. Il a été capturé à Dunkerque le 4 juin 1940. Les 8, 9 et 10 octobre je serai sur le site de Dunkerque en vue de mieux cerner ce qu’il a vécu. Espérant peut-être échanger avec vous. Cordialement.
    Jean-Pierre BELHEUR Tél. : 07 85 33 19 72 , courriel : jpbelheur@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.