La bibliographie

CC Pixabay slightly_different

Les consignes

Comment s’effectue la recherche ? (utilisation d’inventaires, déplacement en bibliothèque etc.) ; quel pourcentage de numérique et de papier dans la recherche bibliographique ? ; horaires de la recherche bibliographique (au quotidien, de manière hebdomadaire, le soir etc.) ; comment faire quand la bibliographie est absente ? Une demande de prêt interuniversitaire (citer un exemple), abandon, système D ?

[Voir la catégorie sur le blog du master]

Les billets

La synthèse

Les rapports qu’entretiennent les étudiants à leur bibliographie ne sont pas simples. Dans l’ensemble, la bibliographie est perçue comme une étape obligée de la première année de Master. Elle permet certes de construire leur sujet recherche, mais le côté répétitif de l’opération, la difficulté de séparer le bon grain de l’ivraie et la qualité variable des écrits ne déchainent pas leur enthousiasme. Rares sont les étudiants qui mentionnent le plaisir procuré par leurs lectures ou l’enthousiasme né de la découverte d’un nouvel auteur. C’est d’autant plus le cas en Master 2 que ce travail passe au second plan en étant remplacé par la recherche en archives.

Au-delà de cette constatation, leur rapport à la matérialité de la bibliographie interpelle. D’un côté, nombreux sont ceux à associer le livre au format physique de l’objet : l’ouvrage, le bouquin, se recherche sur le catalogue de la BU voire s’achète sur les étales des librairies, mais il ne se lit pas sur un écran. À l’opposé, les articles sont fréquemment lus au format numérique. Les longues plongées dans les rayonnages des magasins de la BU à la recherche d’articles sont délaissées en raison de la faible rentabilité entre le temps passé et le peu de références découvertes. La bibliothèque demeure donc le lieu où travailler, mais plus forcément l’endroit où se trouvent les informations recherchées.

Longtemps soupçonnée, cette tendance délaisse dans les magasins des bibliothèques des pans entiers du savoir. Elle est encore accentuée par deux phénomènes : la non utilisation de la Bibliographie annuelle de l’Histoire de France – vraisemblablement en raison de son format exclusivement papier – et la faible consultation des mémoires de M1 & M2 des générations précédentes. La constitution de la bibliographie se fait donc à partir de celle contenue à la fin des ouvrages de référence, agrémentée des découvertes proposées par les bases de données en ligne. Enfin, les recours au PEB ou au PIB sont fréquents mais pas toujours pertinents.

Il y a néanmoins un courant minoritaire d’étudiants pour lesquels rien ne remplace le rapport au papier. Pour ceux-ci, la constitution de la bibliographie est une aventure sans cesse renouvelée, où chaque lecture en entraîne une myriade d’autres et où apparaissent sans cesse des kyrielles de pistes de recherche. Leur rapport au papier pousse ces étudiants à filer la métaphore d’Harry Potter et de sa bibliothèque magique ; il les pousse aussi à privilégier les longues nuits de lecture, les plaids et les tasses de thé, dans une vision romancée et romantique du travail d’historien.