La synthèse

CC Flickr Brett jordan

Les consignes

Effectuer une comparaison avec le planning du premier billet ; expliquer l’intérêt ou l’inutilité de cet exercice ; décrire l’évolution de la pensée durant ce premier semestre (voire depuis le m1) et l’évolution de la méthode d’analyse.

[Voir la catégorie sur le blog du master]

Les billets

La synthèse

Voilà, c’est fini pour cette première saison des Tribulations. Qu’en retirer ? Du côté des étudiants, le côté cathartique des billets semble – presque – faire l’unanimité. Pour la première fois dans leur cursus, un exercice leur permet d’exprimer leurs ressentis sur la formation, d’échanger avec leurs camarades, de se glisser dans la peau d’historiens pour mieux délaisser leurs défroques d’étudiants. Écrire ces billets est aussi perçu comme un moment salutaire entre les deux rédactions, une manière de ne pas trop laisser rouiller son écriture, de prendre son temps pour faire le point – même si la régularité de l’exercice est parfois dénoncée en grommelant. L’exercice n’est d’ailleurs pas assimilé à une sinécure : bien au contraire, les étudiants sont nombreux à remarquer la difficulté de trouver le bon ton tout en restant rigoureux. Mis en concurrence avec les travaux à rendre dans le cadre des autres UE, les billets ont régulièrement été écrits à la va-vite et certains sujets ne les ont pas inspirés (la bibliographie notamment). Mais cela n’a pas empêché les étudiants d’apprécier cette manière atypique de s’approprier son objet de recherche et de mesurer l’évolution de sa pensée. C’est d’ailleurs pour cela que les Tribulations continuent ce semestre sur la base du volontariat (1/3 des étudiants souhaite continuer l’aventure).

Et du côté de l’enseignant, qu’en retirer ? Comme mes étudiants, mes sentiments sont un peu partagés. Bien entendu, le plaisir d’avoir découvert leurs productions domine largement : lire leurs témoignages de gratitude, tant pour cet exercice que pour le contenu des enseignements dispensés est véritablement émouvant. Les voir évoluer dans leur pensée, s’approprier progressivement l’objet « Tribulations », s’en amuser, relater leurs quotidiens… procure un sentiment de  profonde satisfaction. Force est de reconnaître que malgré les incertitudes, les lendemains incertains et la suite d’un cursus qui ne se fera majoritairement pas dans cette discipline, c’est une histoire joyeuse que dessinent ces tribulations. En tant qu’historien, j’ai appris à mieux connaître leurs usages, leurs manières de faire. Dix ans seulement nous séparent et pourtant leurs manières d’être, de faire, me sont parfois étrangères.

Pour notre master – et pour les autres aussi j’espère – ces productions de contenus éclairent d’un jour nouveau les mentalités estudiantines et leurs usages. Elles démontrent combien peu de nos étudiants se destinent finalement à la recherche et combien les pesanteurs de l’enseignement en master leur pèsent. Dans l’ensemble, les critiques ont été argumentées et raisonnées, un seul billet ayant fait l’objet d’une demande de réécriture avant publication. Nous sommes en train de réfléchir pour modifier le contenu de nos enseignements en fonction de leurs remarques.

Du point de vue de l’enseignant, je dois reconnaître avoir fortement mésestimé la tâche qui m’attendait. L’idée était belle quand elle était pensée sur la plage, en sirotant une boisson loin des contingences matérielles de l’université. Une fois la rentrée arrivée, ce fut une avalanche de relectures : 6 billets à écrire par étudiant, 27 étudiants dans la promotion. Je vous laisse faire le calcul. La relecture est devenue un véritable calvaire, surtout à partir du moment où j’ai laissé s’accumuler les billets…Cette impression de nettoyer les écuries d’Augias n’est d’ailleurs pas pour rien dans le nombre de coquilles que j’ai vraisemblablement laissé passer dans les billets…

Est-ce à dire que je ne referai pas l’expérience l’an prochain ? Non, mille fois non : l’an prochain, si j’ai toujours ce cours, on repart pour une saison 2 !  Avec un blog dédié, de nouveaux sujets et une relecture lors du cours, collective et en direct. Bref, il s’agira de les faire progresser pour que l’évolution de leur écriture profite directement à leurs mémoires.

Enfin, je termine ce billet en remerciant mes chers étudiants de master 2 : merci d’avoir joué le jeu, d’avoir fait de ces cours un moment de bonne humeur et d’échange, de discussion et de débat. « Enseigner, ce n’est pas remplir un vase, c’est allumer un feu » : de mon point de vue, je constate que la flamme a bien pris chez vous et je vous souhaite une belle route pour après.