Le quotidien

CC Flickr Thrifty Look

Les consignes

Quels sont les horaires de travail (jours et heures) ; quelle évolution au cours du semestre ? ; dans quels lieux ? Avec qui, seul ou en groupe ? ; comment se réalise la recherche ? Carnets, feuilles volantes, tableaux, traitement informatique ? Avec qui parler de sa recherche ? (famille, conjoint(e), étudiants de m2, amis, autres, etc.) ; quelle réception des interlocuteurs lorsque j’en parle ? (compréhension du sujet, intérêt de de travailler sur ce sujet de recherche, voire intérêt d’étudier l’histoire ?) ; mesurer l’importance de la procrastination et en faire la description ; quel est l’importance de la visibilité sur le web ? Y’a-t-il une utilisation des réseaux sociaux publics et universitaires pour faire la promotion de la recherche, voire entrer en contact avec d’autres chercheurs ?

[Voir la catégorie sur le blog du master]

Les billets

La synthèse

Et voici à présent l’antépénultième série de billets, celle relative au quotidien : je ne vous cache pas que lorsque j’ai élaboré les sujets, c’était celui dont j’attendais le plus. Force est de constater que c’était aussi le cas des étudiants : ils avaient des choses à dire, qu’il s’agisse de la procrastination – presque omniprésente –, du rapport aux lieux, de la manière de rendre compte de leurs sujets de recherche. Alors qu’en ressort-il ?

En premier lieu, impossible d’établir rapidement une typologie précise : entre les angoissés, les sereins, les « entre les deux », ceux qui ne vivent que pour leurs recherches, ceux qui travaillent pour financer leurs études, la liste semble aussi variée qu’il y a d’étudiants. Quelques tendances semblent néanmoins partagées. Le besoin d’habitudes en est une : il est important d’avoir son lieu de prédilection, sa place précise, à la maison ou en BU. Elles fixent le cadre nécessaire à la réflexion et sont complétées par des accessoires : le café et la cigarette – à l’unanimité dénommée « clope » ; le thé et la « tenue de maison » (sic).

Qu’en est-il des discussions sur leurs recherches ? L’entourage familial vit la fouille dans les archives par procuration, exalte leur travail et s’intéresse aux découvertes, aux analyses. Mais il est aussi générateur d’une pression involontaire : « à quoi ça sert ? », « auras-tu un vrai métier ? », « quand vas-tu finir ? », favorisant chez les malheureux étudiants l’impression de ne rien apprendre. Heureusement, il reste les copains : ceux du master avec qui partager un moment, une après-midi, une table non loin de sa place. Cette camaraderie est de bon aloi, surtout au regard des autres, ces amis qui ne sont pas/plus du sérail : face à eux, il est difficile de raconter une vie somme toute extrêmement répétitive (métro, boulot, archives, dodo). C’est d’ailleurs la vie du sujet qui est plus volontiers racontée. Elle est gage d’un moment gênant ou passionnant, selon l’intérêt des interlocuteurs et l’attrait du sujet. Quoi qu’il en soit, cette vocalisation n’est pas inutile : elle rend plus tangible les résultats du travail, restitue les émotions et permet une distanciation progressive d’avec son sujet.

Est-ce à dire que la solitude, figure récurrente dans l’imagerie de l’historien, est absente des témoignages ? Pas tout à fait, elle apparaît ici et là : elle est souvent recherchée pour mieux se concentrer ; elle s’impose parfois lorsque l’entourage est loin, qu’il n’y a personne avec qui échanger sur son sujet – encadrant, parents, amis. Mais dans l’ensemble, elle n’apparaît qu’à la marge et interroge : s’agit-il d’une image d’Épinal ? Et si non, quand apparaît-elle ?

Enfin, ce quotidien a son corolaire : la procrastination, perçue comme un mal nécessaire. Le poids des réseaux sociaux, l’absence d’une contrainte forte pour travailler, l’omniprésence d’Internet en font une réalité bien concrète. Tenue sous le boisseau, bannie des conversation ou cantonnée à la blague, la procrastination est pourtant bien réelle ; elle est difficile à accepter et presque impossible à s’en défaire. Seuls les plus organisés – les plus anciens de la promotion – semblent l’ignorer. Pour tous les autres, il faut vivre avec.