Le traitement des sources

CC Pixabay OpenClipart-Vectors

Les consignes

Quels sont les logiciels utilisés et pourquoi ; si il n’y a pas d’utilisation de logiciel, expliquer pourquoi ; quels sont les problèmes rencontrés ? ; quelle est la méthode d’écriture retenue (brouillons, carnets, d’un jet…) ; les sources sont-elles étudiées sur place ou chez soi à partir des photos ? Les sources sont-elles imprimées ? Si oui, pourquoi ?

[Voir la catégorie sur le blog du master]

Les billets

La synthèse

Avant-dernière série de ces Tribulations 2016/2017, celle-ci concerne le traitement des sources. À la lecture des billets, force est de constater que le consignes étaient un peu trop similaires avec celles relatives aux archives. Malgré tout, quelques informations intéressantes sont à en retirer.

Pour une grande majorité d’étudiants, le travail en archive consiste à prendre des photos, en mode « safari » ou en présélectionnant les documents à photographier. Systématiquement, les photos sont doublées d’une prise de notes – majoritairement manuelle, même si le traitement de texte apparaît parfois. Bien sût, il y a ceux chez qui le « goût de l’archive » l’emporte sur le côté pratique : leurs billets célèbrent le travail en archives, l’odeur des vieux papiers, l’utilité des usuels de la bibliothèque du dépôt, l’aide fournie sans compter par les archivistes lorsqu’un problème de paléographie apparaît.

Chacun y va de sa méthode pour penser, classer, trier sa masse de papiers. Globalement, le traitement se fait « à l’ancienne », les 2/3 des étudiants (à vue de nez) analysent leurs documents sans recourir à des logiciels spécialisés. Ils effectuent leurs transcriptions et leurs commentaires sur des feuilles papiers ou sur du traitement de texte, voire impriment les photographies pour les anoter. Pour le 1/3 restant, l’analyse est l’occasion de mobiliser des outils plus avancés : bases de données sous Excel ou sous Filemaker Pro afin de générer des graphiques ou des tableaux.

Quelle que soit la méthode choisie, l’analyse est pour les étudiants le moment de relier leur bibliographie à leurs sources. Force leur est de reconnaître la difficulté de l’exercice et la trop grande importance qu’ils accordent à leur mémoire : celle-ci monopolise les informations au détriment de la prise de notes, ce qui ne manque pas de générer un certain nombre d’oublis.