Les archives

CC Wikipedia Simtropolitan

Les consignes

Comment se prépare la journée de travail aux archives ; décrire le contenu du sac et prendre une photo regroupant l’ensemble du matériel utilisé ; décrire l’organisation de la journée type (prise de rdv, demande de documents en avance…) ; où, comment trouver les archives ; quelles sont les archives « rêvées » ? Faire une comparaison avant l’analyse du sujet et décrire le type de sources finalement utilisées ; pourquoi utiliser ces sources et de quelle manière ? ; quelle est l’influence des auteurs de la bibliographie dans leur traitement (citer les auteurs et expliquer pourquoi s’en inspirer/ aller dans une autre direction) ; comment vivre le manque d’archives ?

[Voir la catégorie sur le blog du master]

Les billets

La synthèse

Si la première série de billets était un galop d’essai, pour l’encadrant comme pour ses étudiants, force est de reconnaître que ces derniers se sont emparés du médium tout autant que du sujet. Les billets sont nombreux à adopter un ton fidèle à la personnalité de leur auteur, à mi-chemin entre le langage académique et le propos un brin canaille. Les jeunes chercheurs s’amusent de cet exercice, portant un regard non dénué d’humour sur leurs tribulations archivistiques, qu’elles concernent la matérialité des sources ou tout simplement la pause déjeuner…

Dans le détail, ces billets célèbrent la pluralité d’états de ces historien.nes. L’époque où la recherche ne se faisait qu’en archive paraît belle et bien révolue : sources journalistiques fournies par les banques de données bibliographiques, sources primaires numérisées par les archives départementales ou Gallica, enquêtes orales, sources imprimées sous forme de livres… sont autant de possibilités qui modifient les lieux de pratiques des historiens.

Conséquence logique de ce bouleversement, l’appareillage évolue à son tour : l’ordinateur concurrence le stylo et le carnet, l’appareil photo est progressivement délaissé au profit du smartphone tandis que les tablettes apparaissent. Les bases de données pointent le bout de leur nez mais la bonne vieille feuille volante fait de la résistance. C’est sans doute le point le plus intéressant à souligner : il n’y a pas d’outillage commun au-delà de l’ordinateur, ni même de pratique identique d’un étudiant à l’autre. La recherche est encore largement manuscrite, et le mythe d’une « génération Y » largement ouverte à la technologie numérique est fortement battu en brèche.

Cette génération apparaît comme un partagée entre deux pratiques du métier d’historien : aux méthodes classiques de l’histoire, ses membres superposent des pratiques numériques instinctives, sans même s’en rendre compte. Les deux cohabitent ensemble et donnent à voir des étudiant.es hybrides, aux pratiques scripturaires tout autant que numériques.